L’eau, un bien rare à protéger !

L’association H2O sans frontières est organisatrice chaque année du festival « Cours d’eau H2O » qui rassemble les scolaires des 4 départements de l’Auvergne à la Maison des Sports avec pour objectif de sensibiliser autour de l’eau, ce patrimoine commun multidisciplinaire et transdisciplinaire. En parallèle, elle mène des actions de coopération en Afrique et plus précisément au Burkina Faso, qui vont au-delà du thème de l’eau mais des échanges entre populations. Les élèves du groupe scolaire François Beytout ont bénéficié d’une session particulière

Dans cette idée d’échanges, il a été proposé au rectorat d’académie de faire un travail de sensibilisation sur le thème de l'eau à destination des élèves de Clermont-Auvergne-Métropole, avec les 21 communes volontaires. 10 communes ont répondu favorablement à cet appel et c’est dans ce cadre que les élèves du groupe scolaire François Beytout ont bénéficié d’une session particulière proposée par l’association H2O et animée par 2 Burkinabè : Berthe Semporé, chargée de mission au sein de l’association auprès des populations des villages du Burkina Faso et Alassane Samoura, sociologue et directeur du Musée de l’eau d’Afrique de l’Ouest.

L’objectif de ces sessions est d’expliquer le voyage de l’eau jusqu’au Burkina Faso. Elle s’adressait ici aux élèves de primaire avec des messages très imagés, parfois chantés, très animés et participatifs !

Les élèves d’Aulnat ont donc accueilli Berthe et Alassane en mairie en présence de Jean-Pierre Wauquier président de l’association et Didier Laville, maire de la commune et vice-président de Clermont Auvergne Métropole en charge de l’eau et l’assainissement.

De manière interactive, Berthe et Alassane ont pu montrer et démontrer l’importance de l’eau comme bien commun universel : « l’eau est précieuse », « l’eau est indispensable à toute vie sur notre terre « mère » », tels sont les mots des enfants présents. L’eau est le bien le plus important. En France nous l’avons au robinet, au Burkina Faso, c’est au puits que l’on va la chercher.

A travers l'eau, c'est se pencher sur le bien commun, l'intérêt collectif, le respect de toute forme de vie. Le maillon essentiel qui permettra une évolution favorable est l'éducation.

Le message semble être passé et partagé avec une pensée très appuyée pour les enfants Burkinabè.